Rencontre avec l’AFPS (Association France Palestine Solidarité)

logo_afps

Compte rendu de rencontre du secteur international :

Avec l’Association France Palestine Solidarité (AFPS)

au secrétariat national d’EELV à Montreuil, le 9 janvier 2017

Présents :

Pour l’AFPS : Taoufiq Tahani (président) et Bertrand Heilbronn (secrétaire général)

Pour EELV : Elise Lowy, déléguée à l’International et Constantin Fedorovsky (assistant aux relations internationales)

rencontre afps

Elise Lowy explique avoir tenu à cette rencontre avec l’AFPS, qui, comme EELV est membre du Comité National pour une Paix Juste et durable entre Palestiniens et Israéliens (CNPJDPI) et avec laquelle nous avons des contacts réguliers dans ce cadre (actuellement par l’intermédiaire d’Andreas Pilartz qui représente EELV aux réunions du CNPJDPI). Face à la situation de blocage du conflit israélo-palestinien qui va empirant avec l’accroissement de la politique de colonisation menée par le gouvernement israélien qui se sent tout permis depuis l’élection de Donald Trump, comme président des Etats-Unis, EELV souhaite peser autant que possible pour la défense des droits des Palestiniens et a dans ce but déjà rencontré les représentantes de la campagne BDS-France (Boycott, Désinvestissement, Sanctions). Elle rappelle que BDS est sur une position de boycott de tous les produits israéliens et de boycott sportif, culturel et universitaire sur laquelle les membres d’EELV sont divisés, EELV réclamant par contre explicitement, tout comme le CNPJDPI, le Boycott des produits issus des produits issus des territoires palestiniens illégalement occupés par Israël et des produits israéliens qui ne respectent pas les normes de traçabilité permettant de les distinguer de ceux issus des colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés. EELV appelle aussi explicitement à la décriminalisation de la campagne BDS, dont de nombreux militants ont été condamnés par une justice française excessivement zélée.

Taoufiq Tahani se félicite de cette rencontre bilatérale qui permet d’approfondir les relations cordiales qui existent depuis longtemps entre les écologistes et l’AFPS (qui est le produit de la fusion, en 2001, de l’Association Médicale Franco-Palestinienne et de l’Association France-Palestine), notamment avec de nombreux élus d’EELV dont Jérôme Gleizes et Pascal Durand. Comme Elise Lowy, il considère qu’il faut s’unir et s’élargir pour peser.

L’AFPS compte 5000 adhérents à travers la France et est présente sur 100 communes, avec des groupes locaux souvent importants (Paris, Montpellier, Nantes, Nancy…). Elle est la principale organisation de solidarité avec le peuple palestinien en France et l’une des deux plus importantes en Europe. Sa position est « le droit, rien que le droit mais tous le droit. L’AFPS ne s’ingère pas dans la politique interne palestinienne, elle considère l’Autorité palestinienne comme la légitime représentante du peuple palestinien qui a approuvé la solution des deux Etats tout comme l’ONU, l’AFPS étant témoin toutefois du débat qui traverse la société palestinienne sur une éventuelle solution à un Etat.

L’AFPS collabore avec deux collectifs principaux, le CNPJDPI mais aussi la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine qui regroupe 40 associations depuis 1993 et dont la présidente, Claude Léostic, est également membre de l’AFPS.

Taoufiq Tahani et Bertrand Heilbronn expliquent que l’AFPS qui participe activement à la campagne internationale initiée en 2005 par 170 organisations de la société civile palestinienne, BDS n’a pas la même approche ni les mêmes méthodes que BDS France, quoiqu’elle qu’elle agisse évidemment pour la décriminalisation des militants de BDS France. L’AFPS privilégie l’efficacité à la radicalité et considère qu’une action doit être facile à expliquer, pouvoir rassembler largement et avoir des chances minimum de succès, conditions qui ne seraient pas remplies par BDS France dont la promotion du boycott culturel, sportif et universitaire pourrait même constituer un frein. Des associations comme la FIDH, la LDH, le CCFD les syndicats, notamment la CGT, y sont opposés quoique en faveur du boycott économique. Sur ce dernier point, l’AFPS est pour le boycott des produits provenant des produits issus des colonies israélienne dans les territoires palestiniens occupés mais elle est même plus radicale, réclamant l’arrêt de ces importations illégales, il n’y aurait ainsi plus rien à boycotter, mais cela passe par un durcissement politique de l’UE et de la France vis à vis d’Israël. L’AFPS insiste sur le boycott mais plus encore sur la nécessité de sanctions et du Désinvestissement, elle mène d’ailleurs actuellement une campagne contre toute collaboration des banques françaises avec les banques israéliennes qui financent toutes la politique de colonisation massive. L’AFPS vient aussi, en collaboration avec les Amis de la Terre, de publier un rapport sur la Nakba (la « catastrophe ») écologique dans les territoires palestiniens occupés.

Taoufiq Tahani constate que la situation empire, avec une population palestinienne désabusée, qui se sent abandonnée, est divisée ente le Fatah et le Hamas et dont la résistance non-violente se limite à des actions locales hebdomadaires sans effet ; avec du côté israélien une épuration ethnique au grand jour et à grande échelle ; depuis l’élection de Trump, il y a eu 5 plans de colonisation autorisant 7500 nouveaux logements ; avec un immobilisme total de la communauté internationale depuis après la bienvenue résolution 2334 du Conseil de sécurité de l’ONU qui a condamné en décembre la colonisation israélienne grâce à l’abstention américaine, la récente conférence de Paris n’a pas débouché sur des décisions concrètes malgré un relatif volontarisme de la France, de l’Irlande et de la Suède. Pour changer la situation, l‘AFPS réclame tout comme EELV la reconnaissance par la France de l’Etat palestinien, comme la Suède l’a déjà fait. Taoufiq Tahani et Bertrand Heilbronn, qui sont consultés régulièrement au Ministère des Affaires étrangères, ont la certitude, que ni Ayrault ni précédemment Fabius n’ont fait obstacle à cette mesure, réclamée dans une pétition par plus de 300 députés, assurant qu’elle interviendrait « le moment venu » mais que c’est bien François Hollande qui a empêché jusqu’ici cette mesure. D’où la nécessité de lui mettre la pression pour qu’à l’instar d’Obama permettant l’adoption de la résolution 2334, il n’accède à ce geste pour « sortir par la grande porte ». EELV pourrait il poser une question orale à l’Assemblée nationale ? En conclusion Taoufiq Tahani dit que si le droit parle de 2 Etats, alors que la réalité est de plus en plus d’un Etat pratiquant illégalement l’annexion des territoires occupés, cela entraîne le scepticisme sur la solution à deux Etats : « Les colonies resteront toujours ». Il estime qu’il faut continuer à travailler sur les deux fronts : contre la colonisation et pour la victoire du droit. L rappelle que si quatre municipalités (Clermont Ferrand, Ivry, Bondy et St Pierre des Corps ont récemment voté des vœux de soutien à BDS, la mairie de Paris, droite et PS confondues, Anne Hidalgo en tête, ont voté pour la criminalisation du BDS, sous une très forte pression du CRIF, devenu le relais de la pression d’Israël, un Etat étranger, qui, à l’instar de Valls, assimile BDS à de l’antisionisme et à de l’antisémitisme. Il faut au contraire expliquer que « le meilleur rempart à l’antisémitisme, c’est nous ». Enfin, Taoufiq Tahani invite EELV au prochain Congrès de l’AFPS fin mai.

En conclusion, Elise Lowy estime que cette rencontre dont le compte rendu figurera dans la « newsletter » internationale interne d’EELV, vise aussi à un regain de sensibilisation interne à la cause palestinienne. Elle demande à l’AFPS de nous communiquer les « vœux » de soutien au BDS que les municipalités de Clermont Ferrand, Ivry, Bondy et St Pierre des Corps ont adoptés depuis six mois, afin que nos élus locaux puissent s’en inspirer, ce que l’AFPS a fait, les voici : Elise approuve l’idée d’une question au gouvernement sur la reconnaissance de l’Etat palestinien et suggère de contacter Noël Mamère pour la porter. Elle propose de relayer aussi dans la lettre d’information l’appel et la pétition « Boycott pour l’action citoyenne » de l’AFPS qui, sur le site de l’AFPS, plafonne à 16 000 signatures :

https://secure.avaaz.org/fr/petition/MFrancois_Hollande_president_de_la_Republique_et_le_gouvernement_francais_Boycott_liberte_pour_laction_citoyenne/

CNPJDIP : Suspension de l’accord d’association Union Européenne – Etat d’Israël

http://cnpjdpi.org/appel/?p=4

CNPJDIP Boycott, Désinvestissement, Sanctions : abrogation de la lettre-circulaire Alliot-Marie

http://cnpjdpi.org/appel/?petition=3

Compte rendu de Constantin Fedorovsky