Rencontre avec Médecins du Monde sur la situation à Gaza

MDM

Compte rendu de rencontre du secteur international :

Avec Médecins du Monde et l’ONG israélienne Physicians for Human Rights

au secrétariat national d’EELV à Montreuil, le 23 février 2017

Abdessalam Kleiche (co-responsable de la Commission Transnationale) et Constantin Fedorovsky (assistant aux relations internationales) ont rencontré le 23 février 2017 M. Léo Goupil-Barbier (coordinateur du plaidoyer de la Mission Palestine de Médecins du Monde) et Mme Dana Moss (coordinatrice du plaidoyer à l’international de l’ONG israélienne « Physicians for Human Rights Israël ». Élise Lowy (déléguée à l’International) n’a malheureusement pu participer à la rencontre, retenue par le BE qui prenait au même moment la décision sur le désistement de Yannick Jadot au profit de Benoît Hamon.

Cette rencontre a eu lieu à l’initiative de Médecins du Monde (MDM). Cette ONG présente à Gaza et en Cisjordanie tenait à nous faire connaître au mieux la situation sociale et humanitaire dramatique dans les territoires palestiniens occupés, particulièrement à Gaza qui subit un blocus depuis près de dix ans, par l’intermédiaire d’un de ses représentants sur place, Léo Goupil Barbier, et de Mme Dana Moss, représentante de « Physicians for Human Rights Israël » qui est l’une des principales ONG partenaires de MDM sur place. Tout comme l’ONG palestinienne « Culture and Free Thought Association », initialement prévue pour ce déplacement, mais dont les représentants n’ont pu obtenir de l’Etat d’Israël leur permis de sortie, dans un contexte de durcissement (cette rencontre a eu lieu la veille de l’interdiction faite par l‘État israélien à l’ONG « Human Rights Watch» d’entrer désormais en Israël (et dans les territoires palestiniens qu’il contrôle). Le but de leur venue en France est d’alarmer et sensibiliser le plus largement possible, que ce soit le Ministère des Affaires Étrangères, des parlementaires, des partis mais aussi des ONG et des représentants de la société civile, ils devaient également aller à Bruxelles dans le même but. Pour eux il s’agit de convaincre d’agir pour mettre fin aux privations, restrictions et violations du droit humanitaire dans les territoires occupés dont ils sont témoins. Léo Goupil Barbier résume leur réception au MAE comme un entretien symbolique et formel dont il n’est pas sorti grand chose avec l’unique secrétaire de l’ambassadeur itinérant aux droits de l’Homme, qui a réaffirmé la position de la France pour une solution à deux États et reconnu des violations du droit international et du droit humanitaire.

Léo Goupil Barbier explique que MDM agit depuis 1996 dans les territoires palestiniens occupés en offrant des soins médicaux et chirurgicaux, des formations à l’aide médicale d’urgence et même en versant des aides aux victimes de violences ayant perdu leur capacité de travailler. MDM s’investit particulièrement à Gaza dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive mais aussi de la santé mentale, observant que la vie dans des conditions de violence régulière depuis des décennies développe des impacts psychologiques et psychosociaux dues aux traumatismes et au stress. Il rappelle un rapport de l’ONU de 2015 selon lequel Gaza, éprouvée par plusieurs guerres, par le blocus israélien, et qui offre une des plus fortes densités de population du monde (1,8 millions d’habitants sur 362 km2) risque de devenir « un lieu invivable en 2020 » à cause des conséquences « sociales, sanitaires et sécuritaires ». MDM est une association humanitaire qui considère que le droit à la santé constitue un aspect essentiel des Droits de l’Homme, et qu’Israël, en tant que puissance occupante, a le devoir, aux termes du droit humanitaire international de protéger la population palestinienne, et de lui assurer « le droit qu’a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale qu’elle soit capable d’atteindre ». Mais, au contraire, MDM constate de nombreuses violences de la part de l’armée israélienne et des colons dans les territoires occupés, presque toujours impunies. MDM considère donc que la France et l’Union Européenne doivent exercer une pression sur le gouvernement israélien pour qu’il se conforme à ses obligations. Léo Goupil-Barbier relève actuellement une baisse des permis et d’entrer à Gaza et des cas d’obstruction de l’armée israélienne à des évacuations humanitaires.

Dana Moss explique que l’ONG israélienne « Physicians for Human Rights Israel » a été fondée en 1988 par des médecins israéliens et palestiniens pour assurer un accès à la santé égal aux Palestiniens et aux Israéliens. Au delà du droit à la santé, elle agit pour les droits de l’Homme, contre les politiques abusives et discriminatoires de l’Etat israélien en Cisjordanie et à Gaza, observant comme MDM les nombreuses violences de l’armée et des colons israéliens qui créent un climat d’insécurité, de stress et de frustration permanent. L’ONG agit pour mettre fin à la colonisation, source d’atteinte aux droits de l’Homme et à la santé. Elle aide en particulier des prisonniers, elle forme des médecins palestiniens qui ne peuvent pas sortir de Gaza, elle négocie difficilement avec l’armée israélienne l’évacuation de blessés qui ne peuvent être soignés à Gaza, où les produits pharmaceutiques manquent, où l’eau et l’électricité sont quotidiennement coupés Elle compte de nombreux partenaires parmi les ONG israéliennes agissant pour la paix et les droits de l’Homme.

Abdessalam Kleiche remercie Léo et Dana de leur visite, il rappelle que les Verts puis EELV ont toujours été fortement impliqués pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens fondée sur le droit international. Il constate aujourd’hui un découragement croissant quant à la possibilité de la solution à deux Etats, d’autant plus que l’actualité syrienne fait passer au second plan le conflit israélo-palestinien et que l’arrivée de Trump à la présidence des Etats-Unis encourage la politique de colonisation de Netanyahou. Il rappelle qu’EELV est membre du Collectif national pour une Paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens qui regroupe des dizaines d’organisations (associations, partis, syndicats..), dont l‘Association France-Palestine Solidarité (AFPS) et qu’EELV coopère aussi avec la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine et avec la campagne BDS-France qui est injustement criminalisée en France. Il précise que ces collectifs militent activement actuellement pour la suspension de l’accord d’association Union Européenne/Israël, une soirée de lancement de la campagne du Collectif national sur ce thème a d’ailleurs lieu à l’instant même de notre rencontre dans le cadre de la Semaine Anticoloniale au siège du PCF. Constantin Fedorovsky précise qu’EELV agit aussi actuellement pour la décriminalisation de la campagne BDS et pour la reconnaissance par la France de l’État palestinien. Abdessalam Kleiche pointe le rapport entre la dégradation de l’environnement, en particulier de l’eau, dans les territoires occupés et la santé, documenté entre autres par des ONG palestiniennes.

Dana Moss insiste sur le fait qu’il faut amplifier la sensibilisation auprès de tous les publics, que la santé est un thème qui concerne tout le monde et peut toucher les gens. Elle demande comment MDM et son ONG pourraient collaborer avec EELV à cette fin.

Abdessalam Kleiche considère que thème de la santé peut effectivement sensibiliser les gens, d’autant qu’il faut renouveler le public militant à l’heure où les anciens on parfois le sentiment d’avoir tout essayé pendant 40 ans et atteignent une forme de résignation. Il faut multiplier les manifestations, conférences, colloques, débats. Des collectivités territoriales françaises ont déjà une collaboration avec Gaza et la Cisjordanie et les élus EELV peuvent renforcer leur rôle, il y a chaque année des manifestations comme les « 8 heures pour la Palestine », le 29 novembre est la Journée internationale pour la Palestine décrétée par l’ONU. Il faut faire passer l’information, y compris en interne : MDM et Physicians for Human Rights pourraient participer à un atelier aux Journées d’Été d’EELV, un compte rendu de cette rencontre sera publié dans la lettre d’information interne sur l’International d’EELV.

Léo Goupil-Barbier répond qu’il faut effectivement utiliser toutes ces pistes et nous informe que MDM va organiser en novembre un colloque au Sénat en collaboration avec le groupe d’amitié France Palestine au Sénat. Abdessalam Kleiche lui suggère de rencontrer Esther Benbassa, sénatrice EELV membre de ce groupe d’amitié et nos parlementaires français (Noël Mamère, Danielle Auroi, Pascal Durand…) particulièrement actifs et concernés par le conflit israélo palestinien.

Compte rendu de Constantin Fedorovsky